AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Destinée

Aller en bas 
AuteurMessage
Moïra Ramirez
Tueur à gage - Shooter
Tueur à gage - Shooter
avatar

Nombre de messages : 3390
Age : 32
Metier : Espionne
Date d'inscription : 04/09/2006

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): 9 mm / Couteau / Kunaï

MessageSujet: Destinée   Jeu 23 Juil - 22:10

Il y a de ces choses qui nous viennent naturellement, vous avez beau tenter de changer, de modifier votre façon de percevoir, de penser. Elles sont présente en vous. Ce ne sont plus une partie de votre personnalité, elle sont bien plus que çà. Elles sont vous. Ce que vous êtes à cet instant. Vous avez beau multiplier les changements, rien n'y fait, et vous retombez inévitablement dans leurs bras.

Cette délicieuse sensation de pouvoir et de justice...elle était ancré en elle au moment où elle lui ôta définitivement la vie, d'un simple craquement après tous ces coups, ce sang séché. Il lui devenait trop facile de rester en vie, ses adversaires n'était pas en mesure de lui procurer pleinement l'adrénaline nécessaire à sa survie. Mais elle ne voulait pas tomber dans des meurtres sordides, sans bue, elle ne prenait aucune vie au hasard, tout était calculer.

Depuis quand avait elle repris ce rythme frénétique? A sa dernière insomnie? Elle avait pourtant tout tenter depuis son retour, le mois dernier. Reprendre une vie normale, un rythme normal, des nuits calme successives et des journées de travail tout à fait normal. Non! La tueuse n'avait rien de normal. Elle était unique, tout en splendeur même dans les plus sombres situations, même les mains tachés de sang.

Elle devait se rendre à l'évidence, elle était née pour vivre dans ce contexte, tout semblait réglé dans un but précis, le but de faire d'elle une tueuse ultime. Elle aurait pu continuer sur sa lancée depuis sa majorité mais son cœur avait aussi ses projets. L'amour aurait du lui rester inconnu, mais elle était d'une sensualité immorale sans être pourtant provocante. Tout comme elle ne pouvait rester sans tuer, sans faire justice pour se donner une onde de bonne conscience, elle ne pouvait respirer sans aimer.

Le corps s'écroula au sol, dans un bruit sourd qui sortit la tueuse de sa torpeur. Ce n'était plus un être humain qu'elle avait sous ses yeux, il ne l'était plus depuis qu'il avait violenté une jeune fille, sans aucune consentement il s'était approprié sa dignité, sa force. La police de T.C. Était sans doute trop occuper ou carrément inexistante pour ne pas agir, pour ne pas repérer qu'une personne civile avait déjouer la sécurité de leurs dossiers. Elle s'était régulièrement informer des crimes non élucidées, des criminels en fuite. La toile du net avait ses secrets pour certaines personnes mais la curiosité des autres avait vite fait de passer au delà des barrières.

Une fois l'électricité revenu, l'ordinateur réinitialisé après des mois d'inactivité, le monde s'était ouvert à la tueuse. Impressionnant le nombre de messages qui pouvaient s'accumuler en 2 ans d'absence, le tri fut plus rapide qu'elle ne le pensait. Il ne lui restait que le plus important, le même expéditeur, le seul méritant de ses nouvelles. Elle se permit une réponse courte pour celui qui avait partiellement pris la place d'un père dans sa vie, leur contact aurait vite fait parvenir son message.


Code:
Je vais bien.

Son nouveau portable avait sonner dans la minute, il était rare qu'on se décide à l'appeler, encore plus sur son ancien numéro. Elle resta un moment à regarder l'écran affichant une série de chiffres inconnu. Elle finit par décrocher et porta l'appareil à son oreille sans prononcer une seule parole. Ce ne fut que lorsque son interlocuteur prononça son prénom qu'elle reconnut la voix grave et lente. Elle semblait plus hésitante, plus rauque, deux ans s'étaient écoulés. Moïra oubliait encore ce détail, certes elle s'était épanoui mais d'autres avaient vieilli.

La jeune femme se releva doucement, laissant la réalité prendre peu à peu possession de son esprit, elle se passa la main dans les cheveux avant de les glisser dans ses poches, elle ne sortit une boîte d'allumette, en craqua une sur le côté et la jeta sans ménagement sur sa victime. Le corps s'embrassa tout doucement et Moïra recula petit à petit avant de reprendre sa route. Le moteur vrombissant entre ses cuisses féminines mais puissantes, elle se laissa porter par la vitesse et rejoignit le quartier des yakuzas. Elle se gara de l'autre côté de la route, non loin du loft de son amant, fit rugir son moteur, ne se décidant pas à le rejoindre pour la nuit.

_________________



Dernière édition par Moïra Ramirez le Dim 9 Aoû - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://napaslalanguedansapoche.vtff.com
Takeshi Shimata
Yakuza - Saiko-komon
Yakuza - Saiko-komon
avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 29
Gang : Tora Kogane
Metier : Chef des Tora Kogane, Proprio de la plage, Proprio de l'aéroport, Gérant de l'aéroport
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): colt MP / katana de maître / Steyr Aug

MessageSujet: Re: Destinée   Ven 24 Juil - 16:22

La vie de couple… c’était une chose à laquelle il ne croyait pas pouvoir avoir le droit à nouveau, et pourtant… Depuis le fiasco de la première fois où il avait enlevé son armure pour se mettre à nu devant une femme, Takeshi s’était persuadé, que jamais plus il n’en trouverait une capable de faire battre son cœur plus vite et plus fort. Qu’aucune ne parviendrait à voir l’homme derrière le yakuza et à l’atteindre sans se heurter au mur de rancœur et de méfiance qu’il était devenu. Jusqu’à sa rencontre avec Elle, plus de deux ans plus tôt, il ne s’était pas investit émotionnellement à nouveau. Il se contentait de séduire pour satisfaire ses besoins primaires et parce qu’il aimait savoir qu’il était toujours capable d’embobiner les plus crédules ou d’attirer les plus avides d’argent. Même s’il n’avait jamais vraiment eu de difficulté pour ramener des jolies filles dans son lit, il avait fallut qu’il surmonte sa répulsion et son envie de meurtre chaque fois qu’il se retrouvait seul avec l’une d’entre elle.

Il y avait eu quelques dérapages à son arrivée en ville, juste après qu’il se soit rendu compte de l’étendu de la mascarade dont il avait été la cible. A quelques reprises il n’avait pas put se contrôler et des filles s’étaient prises des baffes, ou pire, pour avoir fait une réflexion qu’il n’avait pas appréciée. Mais heureusement pour lui il n’était pas tombé dans le machisme ou la misogynie, sans quoi il n’aurait pas rencontré Celle qui égayait aujourd’hui ses journées et des fois, encore trop rares, ses nuits.

Lorsqu’il entendit le moteur d’une grosse cylindré rugir à quelques mètres de son immeuble, le chef des Tora Kogane se leva de son bain de soleil en prenant garde de ne pas renverser sa canette de bière. Il se dirigea vers l’extrémité de la terrasse d’où provenait le son, en apercevant la motarde il se souvint de leur rencontre, lorsqu’il avait vu la même personne quelques mètres devant lui, arrêtée à un feu rouge et qu’une petite course s’en était suivie. Comprenant que si elle n’avait pas couper le moteur, c’était qu’elle ne souhaitait pas monter le rejoindre il lui fit signe de l’attendre quelques minutes et rentra dans son loft. Il se saisit de son colt MP qu’il glissa dans son dos à la ceinture du pantalon de sport qu’il portait, il enfila son blouson personnalisé aux couleurs de son clan par-dessus son marcel et prit les clés de sa moto et de son Aston Martin. Il descendit les escaliers quatre à quatre et sortit du bâtiment pour se diriger vers la ou il avait son amante depuis son appartement.

Sur ses gardes il s’attendait à tout venant de l’imprévisible jeune femme, elle pouvait avoir déjà détalé comme être en train de l’attendre pour mettre les gaz au moment ou il arriverait vers elle.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra Ramirez
Tueur à gage - Shooter
Tueur à gage - Shooter
avatar

Nombre de messages : 3390
Age : 32
Metier : Espionne
Date d'inscription : 04/09/2006

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): 9 mm / Couteau / Kunaï

MessageSujet: Re: Destinée   Dim 26 Juil - 19:52

La vie était parcouru de choix, des décisions à prendre par vous mêmes, d'autres imposées. Elle sentait la dureté de l'objet contre sa poitrine, contre son cœur, comme la promesse d'un changement majeur. Le voulait elle vraiment ou était ce par pur plaisir, comme un cadeau que la vie pouvait donner à son amour. Le choix avait parfois aussi une date de péremption.

La jeune femme leva la tête vers les terrasses des loft, un mouvement avait attiré son attention, tout comme le boucan qu'elle faisait volontairement avait attiré cette personne. Le simple fait de le voir chassa toutes questions persistantes, c'était ainsi depuis le début, cette faculté de retrouver toute sérénité dès qu'elle le voyait. Moïra se dépêcha de couper le moteur de sa moto et la mettre sur sa béquille avant qu'il ne parvienne jusqu'à elle, vu la vitesse à laquelle il avait réagit en la voyant, il n'allait pas tarder à sortir du bâtiment.

La tueuse traversa la rue en courant, commençant à faire glisser la fermeture de sa veste en cuir, elle sortit de la doublure une enveloppe marron, fine mais déformée au fond par une forme assez longue et fine. Elle glissa l'ensemble dans la boîte aux lettres, vérifiant une dernière fois qu'elle avait bien mis leurs deux noms sur le devant pour qu'elle puisse atteindre son bien aimé avant d'être vérifié par ses hommes. Voilà il lui était impossible de revenir en arrière, la décision était prise.

Moïra entendit un mouvement par delà la palissade entourant les logements, instinctivement elle se baissa et plaqua son dos contre le bois dur, sans bruit, elle ôta son casque et parcourut à petit pas la distance la séparant de l'entrée où son bien aimé allait arrivé. Elle lui laissa un instant de doute quand il posa les yeux sur sa moto vide de sa présence avant d'avancer les jambes avec force en prenant appui sur ses bras. Elle lui bloqua les chevilles entre les siennes et le fit tomber sur le côté avant de se relever pour venir le chevaucher. Elle ne lui laissa nullement le temps de réagir.

Ses lèvres avaient déjà pris possession des siennes, il en était ainsi depuis le début, la passion qu'il y avait entre eux ne s'essoufflait pas. La jeune femme avait besoin de sentir ses lèvres contre les siennes, sur sa peau chaude, désireuse de s'unir à lui à chaque instant passé ensemble. Son baiser n'avait rien d'anodin, empreint de sauvagerie mais d'amour, ses mains se posèrent sur son visage alors qu'elle commençait à déposer ses lèvres sur la commissure de sa bouche, sur la forme de sa mâchoire, ses tempes...


Ça devrait être interdit d'être aussi irrésistible!

La jeune femme se força à se relever, plus par respect pour les voisins et l'intimité de leur couple que par une baisse de désir, au contraire, il ne cessait d'augmenter au fur et à mesure qu'elle le connaissait de mieux en mieux. Elle récupéra son casque et l'enfonça sur sa tête, elle en releva la visière, un sourire sur les lèvres et retourna à sa deuxième passion. Le moteur à nouveau en route, elle soupira d'aise en entendant le son agréable et sourd des pots. Elle patienta un peu avant de reprendre la route, ne voulant pas devancer trop longuement Takeshi, elle épousa la forme de sa moto avant de reprendre la route, contrôlant doucement sa vitesse malgré la facilité à laquelle l'aiguille pouvait monter rapidement.

Son attention fut attiré par un vrombissement reconnaissable entre mille, il correspondait à une voiture semblable à sa Mazda, le conducteur s'amusait à faire monter son compteur bien au dessus de la limitation en ville. La jeune femme voulut s'amuser un peu avant de reprendre un peu de sérieux en dehors de Trinity, elle le rejoignit sans aucun problème en laissant la vitesse monté rapidement. Une sublime ligne droite semblait lui offrir la plus belle possibilité pour pousser encore plus le moteur, elle ralentit légèrement pour pouvoir garder une bonne vitesse à sa hauteur. La tueuse joua alors avec l'embrayage, soulevant d'un coup l'avant de sa moto, elle garda l'équilibre sur sa roue arrière durant plusieurs mètres avant de laisser retomber le devant de sa Suzuki. Elle avait une tenue de route incroyable, une allure à coupé le souffle, ce qui avait attiré la jeune femme lors de l'achat et aussi le ricanement du vendeur quand il la vit attirer par ce bijou. En effet, la moto aurait pu devenir ingérable pour une femme de taille et de corpulence moyenne, mais elle avait une force peu commune dû à des années de combat intensif.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://napaslalanguedansapoche.vtff.com
Takeshi Shimata
Yakuza - Saiko-komon
Yakuza - Saiko-komon
avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 29
Gang : Tora Kogane
Metier : Chef des Tora Kogane, Proprio de la plage, Proprio de l'aéroport, Gérant de l'aéroport
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): colt MP / katana de maître / Steyr Aug

MessageSujet: Re: Destinée   Mer 29 Juil - 21:34

Le yakuza fronça les sourcils en apercevant le GSXR sans voir sa propriétaire à côté, il fût prit d’une seconde de doute et jeta un coup d’œil rapide et discret derrière lui mais ne vit rien. Lorsqu’il sentit une pression sur le bas de ses jambes, il comprit trop tard ce qu’était devenu la tueuse. Il amortit tant bien que mal la chute à l’aide de son bras, mais se laissa faire lorsqu’elle se mit sur lui, il posa ses mains sur ses hanches mais elle était déjà en train de l’embrasser tendrement. Il se laissa faire, profitant de leurs retrouvailles si agitées, même s’il ne s’étaient pas quittés depuis longtemps. Elle parvenait toujours à le prendre au dépourvu et c’était une des choses qu’il affectionnait chez elle.

Il se redressa à son tour lorsqu’il le put et s’épousseta rapidement sans même se demander si ses vêtements avaient étés abimés lorsqu’il était au sol. Il la regarda retourner à son véhicule, constatant avec plaisir qu’elle avait reprit des formes depuis qu’elle était revenue à la civilisation. Il se dirigea vers son garage qu’il ouvrit à la hâte, il enfila le casque qui reposait sur la selle et enfourcha la grosse cylindrée. Il mit le contact et démarra des que les voyants qui l’empêchait furent éteints, il ne prit pas le temps de fermer son blouson et partit dans la direction ou sa bien aimée avait disparut. Il roulait normalement mais accéléra d’un coup lorsque la circulation le permit. Il avait repéré la motarde qu’il cherchait au bout de la ligne droite, il décéléra un peu maintenant qu’il était sûr de ne pas se faire semer. Il constata que la belle était en train de s’amuser avec une voiture de sport, il accéléra un grand coup, faisant rugir le moteur de sa moto et gagnant du terrain sur elle. Lorsqu’elle cabra, il était seulement quelques mètres derrière elle, il constata que la voie d’en face était libre et se déporta sur la gauche. Puis, tout en continuant de tourner la poignée vers lui il tira le guidon vers son torse, la roue avant de l’hayabusa se décolla légèrement du sol alors qu’il dépassait la voiture à toute allure puis sa bien aimée.

Une fois en tête il revint dans le sens normal de circulation et modéra son allure, il était déjà au double de la limitation en vigueur. Il jeta un coup d’œil dans ses rétroviseurs et la découvrit, comme il s’y attendait, dans sa roue. Il se laissa dépasser de bonne grâce alors qu’ils atteignaient la sortie de la ville. Comme lors de leur première rencontre ils avaient prit la direction du col qui borde la ville, la balade la plus sympa en moto. Il la suivit en laissant juste assez de distance pour pouvoir l’évitée en cas de problème, et la laissa passer en tête la première épingle. Mais se souvenant que c’était peu après qu’elle avait eu son accident la première fois, il sortit de la courbe la poignée dans l’angle et la doubla sur la roue arrière avant de freiner puissamment afin d’adapter sa vitesse au virage suivant. Il s’appliqua afin d’avoir la trajectoire la plus parfaite possible afin de ne pas induire sa bien aimée en erreur et accéléra de nouveau à la sortie.

Il prenait un plaisir intense dans cette balade, l’air qui s’engouffrait dans son blouson, lui donnait l’impression d’avoir des ailes même si ça le ralentissait un peu. Il laissa la jeune femme le dépasser pour qu’elle puisse ouvrir la route à son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra Ramirez
Tueur à gage - Shooter
Tueur à gage - Shooter
avatar

Nombre de messages : 3390
Age : 32
Metier : Espionne
Date d'inscription : 04/09/2006

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): 9 mm / Couteau / Kunaï

MessageSujet: Re: Destinée   Lun 3 Aoû - 12:57

La jeune femme savourait pleinement la puissance de sa hayabusa, elle restait tout de même prudente, la route ne leur appartenait pas et il était déconcertant de voir combien les automobilistes se souciaient peu des motards. Maintes fois elle avait été dans l’obligation de faire des écarts, donnant allégrement des coups de pied bien placés dans leur carrosserie, une fois l’effet de surprise et d’énervement passé. Cela lui avait valu bien des courses poursuites à Cuba surtout lorsqu’elle avait laisser une marque profonde dans une portière avec des chaussures au talon prononcé.

Moïra reprit vite ses esprits, il n’était pas bon de trop réfléchir lorsque l’on conduisait une moto à cette vitesse excessive. De plus c’était juste ici, la route n’avait pas garder trace de leur passage après tant d’années mais les souvenirs restaient intacts. Tout comme l’émotion qui l’avait prise à la gorge. Ce regard plongé dans le sien à travers son casque, cet étonnement face à ces traits féminins, la jeune femme avait été captivé, puis éprise bien des jours plus tard.

Elle avait vite dépassé sa peur à cette parcelle où sa moto avait fait plusieurs mètres sur le flanc, emportant par son poids le corps de la tueuse, la douleur avait été fulgurante, des brûlures cicatrisés depuis longtemps. Si l’incident n’avait pas arrêter leur course, auraient ils fait connaissance ou leur route se serait elle séparés d’elle même ?

Ce qui était sûr, c’est que leur deuxième rencontre se serait passée bien différemment, l’un d’eux aurait sans doute trouvé la mort ce matin là. Il n’auraient pas connu ce bonheur présent, elle n’aurait pas apprécier cette plénitude. Sans doute aurait elle été encore plus impitoyable dans son travail, une vie sans amour pouvait changer n’importe quel comportement.

La jeune femme chassa à nouveau ces pensées, elle oscilla entre accélération et freinage selon les courbes des virages, vérifiant la présence de son ami à ses côtés, elle le laissa passer devant par moment. Elle eut alors une idée et le rattrapa rapidement pour prendre de la distance. Le chemin allait bientôt se présenter à eux et il devait comprendre que le virage et la descente serait brutale, un demi tour sec. Un peu plus bas se trouvait une plage moins fréquenté à cause de son éloignement de la ville et de la difficulté pour l’atteindre. Moïra trouva facilement le sentier menant à un parking sauvage et limité par la végétation, la route n’était pas stable mais elle descendit prudemment avant de s’arrêter une fois le terrain aplati. Elle laissa le moteur tourné un peu alors qu’elle admirait la vue s’offrant à ses yeux, elle reprit connexion avec la réalité quand elle sentit la présence de son ami près d’elle. La tueuse coupa le moteur et positionna sa moto sur sa béquille, vérifiant la stabilité avant de se débarrasser de son casque et sa veste, elle rangea cette dernière dans les sacoches qu’elle avait installer à l’arrière puis posa l’antivol en emprisonnant son casque avec.

Moïra ouvrit le second bagage et en sortit un plaid, elle jeta un coup d’œil à son ami avant de s’éloigner vers un sentier perdu dans la végétation, le sable toucha vite ses bottines et la jeune femme les ôta avant se relever légèrement son pantalon. Le sable chaud effleura la plante de ses pieds et Moïra s’avança progressivement vers la mer, elle s’arrêta à quelques mètres et déplia son plaid avant de s’y asseoir et de se dévêtir de son gilet. Les marques de brûlures sur son dos disparaissait progressivement avec des soins appropriés, il lui faudra sans doute subir une opération esthétique mais il lui resterait toujours des marques au couleur de sa peau.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://napaslalanguedansapoche.vtff.com
Takeshi Shimata
Yakuza - Saiko-komon
Yakuza - Saiko-komon
avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 29
Gang : Tora Kogane
Metier : Chef des Tora Kogane, Proprio de la plage, Proprio de l'aéroport, Gérant de l'aéroport
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): colt MP / katana de maître / Steyr Aug

MessageSujet: Re: Destinée   Lun 3 Aoû - 21:23

Takeshi suivait tranquillement l’élue de son cœur, la regardant avec amusement déplacer son bassin afin de mieux prendre les virages. Il savait que c’était un geste tout à fait naturel et qu’il le reproduisait lui aussi, mais sur elle, ça n’avait pas la même saveur. De temps à autre il donnait un coup d’accélérateur pour repasser en tête lorsqu’elle lui en laissait l’occasion, il ne cherchait pas non plus à la doubler à tout prix, de crainte de la pousser à la faute.

Lorsqu’il la vit ralentir pour bifurquer sur un chemin moins carrossable, il freina lui aussi avec une pointe de satisfaction. Même si cette balade l’avait réveillé, le fait de rouler sans avoir fermé son blouson l’avait aussi gelé jusqu’aux os. Il ne doutait pas qu’il se réchaufferait vite une fois sa belle dans les bras. Il la suivit jusqu’au parking et se gara à côté d’elle alors qu’elle mettait en place son cadenas. Il ne prit pas autant de précautions et se contenta de bloquer le guidon tout en laissant son casque posé sur le siège. Si un petit malin parvenait à approcher des motos sans se faire entendre et qu’il décide de voler le casque le yakuza s’en ficherait complètement, il se contenterait d’en racheter un autre, plus confortable. Et si quelqu’un avait le malheur d’attirer son attention, il ferait mieux de courir à toute vitesse s’il ne voulait pas se prendre une balle dans les fesse . Takeshi avait prit son colt MP et il savait s’en servir.

Il promena son regard sur le paysage qui s’offrait à eux, les poings sur les hanches, et huma l’air iodé avant de pousser un soupir de satisfaction


C’est vraiment joli ici, si tu ne m’aurais pas montré je ne me serais certainement jamais arrêté.

Il suivit la belle vers la plage et ôta ses baskets lorsqu’elle se débarrassa de ses chaussures, il se remémora la dernière fois qu’il avait eu le temps de se promener ainsi, un sourire illumina alors son visage. Il se souvint de l’après midi qu’il y avait passé avec elle, les deux meurtriers avaient passé leur temps à batifoler comme des adolescents avant de simuler un combat, qui s’était révélé être seulement un prétexte pour pouvoir se coller l’un contre l’autre.
Il fût tiré de sa rêverie par les pas de sa douce qui s’éloignaient, il contempla encore un moment l’horizon et se décida à la rejoindre, il ôta son blouson puis son débardeur, dévoilant ainsi ses tatouages. Même s’il ne faisait pas spécialement chaud, il savait que la jeune femme aimait bien admirer les œuvres d’art incrustées sur sa peau et il aimait sentir la brise marine sur son torse nu. Il s’assit délicatement auprès d’elle et passa son bras autour de ses épaules afin de la serrer contre lui, il lui embrassa tendrement le front et se remit à contempler l’étendu bleutée qui s’offrait à eux. Il se rendit compte que ça faisait déjà un moment qu’ils n’avaient pas passé de temps seuls tout les deux sans avoir à se soucier de l’heure, il choisis d’en profiter pour discuter avec elle et surtout pour l’écouter. Choisissant ses mots avec prudence pour ne pas minimiser le drame qu’avait vécut la jeune femme, il prit la parole calmement.


Alors comment se passe ton retour à la société ? Tu ne t’ennuis pas trop au moins ?

Je sais que je ne t’accorde pas beaucoup de temps, mais il faut que je m’occuper de la JAP, une fois qu’elle sera bien lancée et que je ne risquerais plus de perdre gros je pourrais lever le pied sur mes horaires, je te le promet.


Il savait qu’il ne s’était pas beaucoup occupé d’elle, mais elle ne s’était jamais plainte, il se doutait qu’elle se tairait même si elle vivait très mal cette absence du yakuza, c’est pourquoi il essayait de prendre les devants afin de ne pas la perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra Ramirez
Tueur à gage - Shooter
Tueur à gage - Shooter
avatar

Nombre de messages : 3390
Age : 32
Metier : Espionne
Date d'inscription : 04/09/2006

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): 9 mm / Couteau / Kunaï

MessageSujet: Re: Destinée   Mar 4 Aoû - 12:07

La jeune femme ferma un instant les yeux, n'écoutant que les bruits qui parvenaient à ses oreilles, cela lui rappela les exercices effectuer durant plusieurs mois pour parfaire ses sens. Elle se concentra sur l'effet des vagues sur le sable, puis le retour de l'eau vers le large, si elle avait pu, elle se serait jeter à la mer pour sentir la fraicheur de cet élément contre sa peau chaude. Mais la suite aurait été tout à fait désagréable, le fait de sentir le sable à chaque pression de ses pieds sur les pédales de la moto aurait été gênant. De plus elle ne voulait pas attraper froid, n'ayant aucune serviette, ni vêtement de rechange, elle se promit de revenir plus souvent à cet endroit tant qu'il restait encore désert.

Le contact de la main froide de son ami la surprit dans sa torpeur, elle ouvrit les yeux et se tourna vers lui, un demi sourire sur les lèvres. Son regard opéra aussitôt un vif tour du propriétaire, même après tant d'ébats, d'intimité entre eux, elle était toujours aussi fasciné par son ami, aussi attiré par son corps, par le charme qu'il dégageait, une tranquillité cachant un tigre, voilà ce qu'ils étaient au fond d'eux.


Tu veux me faire devenir folle, aussi folle que je ne le suis déjà?

Elle savoura son baiser délicat et apposa le sien à la base de son cou, elle y appuya doucement son visage, appréciant le parfum prononcé de sa peau. Moïra se laissa glisser sur le côté et posa sa tête sur ses cuisses, elle le couvrit de son regard sombre et s'empara de sa main qu'elle posa instinctivement à son ventre avant de remonter peu à peu à son sein.

Il était celui qu'elle avait attendu toutes ces années, qui saurait attirer son amour, son attention sans jamais la décevoir, ils avaient beau ne pas se voir autant qu'ils l'auraient souhaiter Moïra ne lui en voulait pas. Elle savait se montrer patiente à présent, elle avait vécut tellement d'épreuves depuis le début de sa carrière que toute autre personne aurait fini par perdre la raison, pourtant cela la rendait plus forte, plus intouchable. Elle n'avait plus qu'une chose qu'elle avait peur de perdre et elle se trouvait sous ses yeux. Peu importe donc le temps qu'ils passaient éloigné l'un de l'autre tant qu'ils se retrouvaient à un moment donné, dans des instants comme celui ci.

La question qu'il posa la déconcerta, on ne pouvait pas dire qu'elle avait fait grand chose depuis son retour, elle s'était montré d'un égoïsme sans retenue, s'occupant principalement de son bien être. Elle avait bien tenté de s'intéresser au seul domaine où elle avait des talents dans les normes d'une vie citoyenne honnête mais elle avait finit par se décourager en voyant l'état du King's Wear et l'événement tragique qui en était ressorti, cela ne prouvait rien mais restait de mauvaise augure. Son attention se porta sur les liens entrecroisés à sa poitrine dont les bouts retombaient à hauteur de son ventre, cette dernière coquetterie faisait partie des nombreux achats qu'elle s'était permis d'effectuer ces dernières semaines. Elle avait des années de shopping à rattraper et certains de ses vêtements semblaient l'oppresser à la taille ou alors la jeune femme changeait de goût vestimentaire. La seule chose importante, du moins qui pourrait l'intéresser, était ses rendez vous médicaux, ce qu'elle pouvait être ennuyante quand elle s'y mettait...çà en était effrayant.


L'ennui ne fait pas parti de mon vocabulaire, j'arrive toujours à trouver une occupation, si ce n'est pas un peu de sport pour reprendre de bonnes habitudes, c'est que je reprends contact avec des proches. Sinon je fais flamber ma nouvelle carte bleue!

Il n'avait toujours pas reçu la voiture qu'elle avait acheter spécialement pour lui, elle en avait pas encore donner l'ordre et le bolide passait ses journées dans son entrepôt sécurisé, comme quoi il lui était toujours utile. Ses paroles lui laissèrent un arrière goût de mensonge, elle n'avait repris contact que par l'intermédiaire des nouvelles technologies, son entourage proche se limitait à son amoureux et le portier de son immeuble qui était à ses côtés depuis son arrivée en ville. Il semblait réellement peiné de leur situation actuelle et la jeune femme se maudissa de ne pas chercher un emploi prenant qui pourrait lui démontrer qu'elle avait bien des choses à faire, tout comme lui. Mais tout ce qu'on lui proposait n'avait comme but que de la précipiter vers un chemin qu'elle s'efforçait de tenir hors de sa vie, même si elle avait régulièrement des dossiers qui s'accumulaient dans ses boîtes mails privées.

Tu n'a pas de promesse à me faire, je comprends très bien que tu puisses être occupé et je m'en voudrais si tu échouais par ma faute. Je sais que tu ne fais pas çà de gaieté de cœur et je te préviens...si je sens que je suis une charge je m'éloignerais.

Elle ne plaisantait pas, elle demanderait à couper les ponts durant quelques semaines pour qu'il puisse se consacrer à sa carrière si elle se rendait compte qu'il se souciait trop de sa personne. A y réfléchir, elle se rendit compte qu'elle lui avait parler froidement, comme si elle comptait le faire vraiment tout en cherchant une bonne excuse. Moïra ne voulait surtout pas qu'il puisse imaginer ce genre de choses, elle se releva doucement et se posa à genoux devant lui. Elle chercha à capter son regard et emprisonna son visage entre ses mains.

Restes comme tu es, savoir que je te retrouverais dans 3 jours, une semaine voire plus, çà me suffit, tant que nous sommes ensemble. Au pire si le manque devient insupportable, je rentrerais par effraction chez toi!

Elle déposa ses lèvres contre les siennes, tout doucement pour montrer se prouver qu'elle pouvait se montrer encore raisonnable sur certains points. La jeune femme éloigna ses lèvres avant de les rapprocher à nouveau dans un baiser plus appuyé, elle soupira d'aise et releva doucement le buste. Elle entoura alors les épaules de Takeshi de ses bras et l'attira contre elle. La tête appuyé à sa poitrine, elle caressa lentement ses épaules et la base de son cou.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://napaslalanguedansapoche.vtff.com
Takeshi Shimata
Yakuza - Saiko-komon
Yakuza - Saiko-komon
avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 29
Gang : Tora Kogane
Metier : Chef des Tora Kogane, Proprio de la plage, Proprio de l'aéroport, Gérant de l'aéroport
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): colt MP / katana de maître / Steyr Aug

MessageSujet: Re: Destinée   Mar 4 Aoû - 21:10

Le yakuza écouta attentivement la réponse de la belle, il était calme et serein comme à son habitude, il donnait l’impression de tout savoir, que rien ne pouvait le surprendre, pourtant la jeune fille parvenait souvent à le troubler. Cette fois elle répondit avec plus ou moins de sérieux et il hocha la tête en signe d’approbation. Il fût satisfait d’entendre qu’elle s’était reprise en main, il avait un peu crains qu’elle ne se complaise dans la nourriture lorsqu’il l’avait vue prendre son premier vrai repas après avoir eu faim pendant des années, mais elle s’était visiblement calmée à ce niveau la, sans quoi son physique n’aurait pas été aussi agréable qu’il l’était actuellement. Il fût un peu plus étonné de l’entendre parlé de proches, désormais il n’avait qu’elle, Takumi et Mochiyo, aucun ne partageaient son sang mais ils étaient pourtant sa seule famille. Il se dit que le moment n’était pas forcément le plus approprié pour parler de ce sujet qui risquait de rouvrir de vieilles blessures et ignora cette partie lorsqu’il lui répondit.

Il faudra qu’on aille courir ensemble à l’occasion, je me laisse un peu trop aller en ce moment. Et au moins, si tu cours devant moi j’aurais une bonne raison pour continuer même si tout mes muscles sont en feu !

Lorsqu’elle répondit à sa promesse de passer plus de temps avec elle il perdit son sourire un instant, cette déclaration ne l’enthousiasmait pas du tout. Il eut soudain l’impression qu’elle pensait qu’il accordait beaucoup d’importance à sa carrière, mais pour lui le plus dur était déjà fait. Il était parvenu à se faire une situation digne de ce nom, il possédait un aéroport et une bijouterie, il n’était certainement pas une des plus grosses fortunes de la ville mais certainement un des plus gros salaires. Il ne répondit pas, il savait qu’il ne la ferait pas changer d’avis ou revenir sur ses paroles, il ne ferait sûrement qu’aggraver les choses. Il laissa son regard s’exprimer à sa place, il riva ses yeux dans les siens et essaya de lui faire comprendre qu’elle passerait toujours avant son boulot et qu’elle n’avait pas intérêt à croire le contraire. Il ne savait pas vraiment si le message était bien passé mais elle vint se mettre face à lui et l’embrassa tendrement à plusieurs reprises, il finit par lui rendre ses baisers doucement, du bout des lèvres, savourant la sensation. Il passa les bras autour de ses hanches et la ramena contre lui, prenant garde à ne pas lui faire mal.

Vient chez moi quand tu veux, tu y est la bienvenue.

Il avait parlé calmement, le regard rivé sur l’horizon, puis, lentement il l’écarta d’elle, il farfouilla dans la poche de son blouson un moment, avant d’en ressortir presque cérémonieusement son trousseau de clés. Il les tourna une à une avant de trouver celle qu’il cherchait, il décrocha le double de la clé de son appartement et la tendit à la jeune femme en souriant.

Elle ouvre l’ascenseur comme les escaliers, si tu as besoin de quelque chose ou juste de moi n’hésite pas.

Il attendit calmement sa réaction, redoutant presque les conséquences de ce geste impulsif, il avait confiance en elle et il savait qu’elle n’abuserait pas de ce droit de visite illimité. Il craignait juste d’être allé un peu trop vite pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra Ramirez
Tueur à gage - Shooter
Tueur à gage - Shooter
avatar

Nombre de messages : 3390
Age : 32
Metier : Espionne
Date d'inscription : 04/09/2006

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): 9 mm / Couteau / Kunaï

MessageSujet: Re: Destinée   Mer 5 Aoû - 22:52

Avec un plaisir non dissimulé, la jeune femme recula légèrement pour englober les dégâts de son relâchement d'un regard paniqué. Elle passa le bout de ses doigts sur ses abdos encore bien prononcé mais s'autorisa à plaisanter. Il osait encore dire qu'il avait besoin de faire du sport alors qu'il ne semblait prendre aucun poids malgré une certaine inactivité. Elle prit un air sérieux et pinça doucement sa peau là où la graisse était la plus présente, sur ses hanches musclées.

Je connais un sport bien plus passionnant où tu prendras encore plus de plaisir à continuer durant des heures et des heures.

Moïra releva les yeux vers son amoureux, un sourire coquin sur les lèvres, le regard pétillant de malice. Ses mains se mirent çà caresser les hanches de son ami, l'envie de s'approprier à nouveau son corps se faisant plus persistante. Pour toute autre personne, cela aurait été bon signe, surtout après des mois de relations, pour la jeune femme cela se révélait un défaut. Elle tentait de contrôler ses pulsions à son égard, surtout lorsqu'ils se trouvaient en public, mais il devenait de plus en plus difficile de retenir ce désir perpétuel. Ils se voyaient si peu souvent que son absence pesait sur son cœur plus qu'elle n'aurait souhaité.

Pourtant elle n'avait jamais exprimé clairement ses émotions, la jeune femme n'était pas de ses personnes qui arrivaient à parler de leurs sentiments. Elle préférait laisser son corps et son visage expressif s'exprimer pour elle, pour lui faire comprendre à quel point elle tenait à lui, à quel point elle en était amoureuse. Elle le serra encore plus fort contre sa poitrine, déposant un baiser sur le sommet de sa tête. Elle appréciait tellement ces moments simples entre eux, rien ne semblait affaiblir le lien qui les unissait et ce qui l'attendait chez lui allait encore renforcer leur relation. Moïra se releva doucement, à cet instant elle aurait aimer lui annoncer la nouvelle devant ce paysage magnifique, dans cette tranquillité sujette à toutes les révélations.

Elle se détourna de lui, le regard perdu vers l'horizon, ils avaient passer peu de nuit ensemble depuis son retour, peu de réveil dans les bras l'un de l'autre. La jeune femme profitait pleinement de chacun de ces matins, se réveillant avant lui pour le couver de son doux regard. Elle s'aventurait parfois à caresser doucement sa peau, le réveillant lentement, satisfaite de voir un sourire sur ses lèvres à son réveil.

Mais le parfum et la présence de son corps s'estompaient au fur et à mesure que les nuits passaient sans l'union de leur amour. Il lui arrivait de craquer, elle n'était pourtant pas sensible mais à ce niveau là elle ne pouvait plus se passer de lui. Il n'y avait aucun retour en arrière possible, il lui devenait inenvisageable de faire sa vie sans lui. Le jeune femme se tourna vers lui, retrouvant un visage souriant malgré ses yeux mélancolique.

Elle savait qu'elle était la bienvenue chez lui mais elle appréciait la surprise de leurs rencontres. Elle n'avait jamais tenté d'entrer pas effraction mais elle sentait que cela pourrait être une véritable partie de plaisir. Il devait être aussi pointilleux qu'elle sur la sécurité. Moïra le vit chercher quelque chose dans ses poches, elle se rapprocha de lui, se faufilant à genoux entre ses jambes relevées. La jeune femme posa ses mains sur ses genoux et patienta à peine quelques secondes avant de voir surgir son trousseau de clef. Elle fixa ses doigts à la recherche de l'une d'elle sans réagir. Elle avait l'impression que le temps s'était arrêter, elle n'entendait plus que le bruit des vagues derrière elle et n'aperçut que tardivement les lèvres de Takeshi remuer. Elle reconnecta ses neurones et repassa dans sa tête ses paroles, elle avala sa salive étant certaine que sa voix aurait pu monter dans les aigus sous le coup de l'émotion.


Je...

Elle s'empara de la clef d'une main dont elle tenta de contrôler le tremblement. Elle devait à tout prix reprendre le dessus. Moïra ne voulait surtout pas faire passer cet acte comme un moment exceptionnel. Il était naturel d'en arriver à ce stade. Elle avait elle-même quelques uns de ses vêtements mélangés aux siens dans son appartement, les accumulant au fil des jours qu'il passait à ses côtés. Elle avait aussi quelque chose à lui donner, depuis quelques jours, elle avait modifier l'entrée sécurisée de son logement, sacrifiant le code à chiffres compliqué par une carte magnétique, obligeant son acquéreur à l'insérer avant de tourner la clef dans la serrure sous peine de déclencher l'alarme relié à son portable. Le deuxième jeu de ce trousseau magique se trouvait encore dans son emballage, planqué dans le tiroir de sa commode. Elle n'avait pas encore oser lui proposer ce dernier rempart à sa vie privée mais le moment était venu vu les circonstances.

Tu te rends compte que tu seras obliger de trouver de meilleures cachettes. Elle commença à reculer lentement, les genoux toujours à terre, avant de se lever hors de sa portée. Pour tes magazines cochons et ton joli petit string léopard!

Elle s'empressa de ranger la clef dans la poche de son pantalon avant de se baisser pour en relever un peu plus haut ses ourlets. Moïra pénétra doucement dans l'eau, l'endroit le plus sûr pour quelques minutes, le temps que son hilarité s'éloigne en l'imaginant dans une certaine tenue. Il n'oserait pas la rejoindre jusqu'ici et prendre le risque de tremper leurs habits alors qu'ils devaient rentrer en moto. La jeune femme se tourna vers le large, un sourire aux lèvres, elle respira à plein poumons l'air marin et dénoua ses cheveux. Elle laissa le vent s'engouffrer dans ses légères boucles brunes et se tourna vers Takeshi.

A cet instant, elle aurait voulu lui avouer tout ce qu'elle ressentait à son égard mais par habitude elle gardait tout en elle. La jeune femme était ainsi, pleine de mystère, de surprises, des plus folles au plus inattendues.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://napaslalanguedansapoche.vtff.com
Takeshi Shimata
Yakuza - Saiko-komon
Yakuza - Saiko-komon
avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 29
Gang : Tora Kogane
Metier : Chef des Tora Kogane, Proprio de la plage, Proprio de l'aéroport, Gérant de l'aéroport
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): colt MP / katana de maître / Steyr Aug

MessageSujet: Re: Destinée   Jeu 6 Aoû - 19:37

Il ne put s’empêcher en entendant le sous entendu de la jeune femme, il lui rendit son sourire en s’imaginant déjà se retrouver à nouveau avec elle dans l’intimité d’un de leur foyer. Le souvenir de ces étreintes qu’ils avaient partagées lui donna rapidement chaud. Il était sûr que ce genre d’activité n’était pas de tout repos, surtout que les ébats du couples étaient en général très sportifs et bien loin du calme et de la discrétion des gens normaux.

Il constata avec amusement que son cadeau semblait troubler la tueuse plus qu’il ne l’aurait imaginé, elle sembla chercher des mots qui ne vinrent jamais et se saisit en silence du petit objet qui symbolisait la confiance qu’il avait en elle. Il se demanda un moment si elle n’allait pas parler de la drogue qu’il avait caché chez lui quelques temps auparavant, mais elle n’en fit rien. Il ne s’agissait que d’une autre de ses plaisanteries.

Il remonta lentement les élastiques de son jogging jusqu’en dessous de ses mollets avant de se lever silencieusement, la jeune femme lui fit face et il la trouva plus belle que jamais, les cheveux dans le vent, l’air pensive. Il avança vers elle calmement, ignorant presque l’eau tant il se noyait déjà dans son regard , il posa ses mains sur ses manches et l’attira contre lui. Sans détourner son regard il approcha ses lèvres des siennes avant de l’embrasser langoureusement en fermant les yeux.

Il la serra ensuite contre lui et passa les bras autour de sa taille afin de l’emprisonner contre lui.


(panne d'inspi désolé)
Revenir en haut Aller en bas
Moïra Ramirez
Tueur à gage - Shooter
Tueur à gage - Shooter
avatar

Nombre de messages : 3390
Age : 32
Metier : Espionne
Date d'inscription : 04/09/2006

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): 9 mm / Couteau / Kunaï

MessageSujet: Re: Destinée   Ven 7 Aoû - 21:06

La jeune femme recula d'un pas, puis deux, l'eau montant plus haut sur sur ses mollets, froide et pourtant si calme. Elle rappela une époque lointaine mais encore proche où elle était ainsi malgré la chaleur de son cœur, glacé à l'intérieur et d'un calme à toute épreuve. Rien ne pouvait la toucher, pas même l'horreur de ses meurtres qu'elle accumulait à Cuba sous les directives de du grand patron. Moïra avait péniblement reprit vie depuis qu'elle était à Trinity, non sans changer totalement de comportement.

Takeshi était aussi calme qu'elle à cet instant là, la tueuse se mit alors sur ses gardes, prête à se défendre si l'idée lui venait de se venger de ses paroles. Pourtant il semblait se perdu dans la contemplation du paysage, du moins surtout la belle jeune femme qui se trouvait devant lui. Moïra ne put esquiver un sourire de satisfaction au vu de l'effet qu'elle exerçait encore sur lui et se perdit dans le baiser dont il honora ses lèvres.

Elle emprisonna ses épaules de ses bras et savoura ses lèvres, douce et puissante, elle ne se lassait jamais de ces baisers, taquinant parfois sa langue du bout de la sienne. Elle était joueuse aussi bien pour ce geste intime que pour leurs ébats amoureux. La jeune femme continua ainsi, appuyant fortement son bassin contre le sien, l'embrassant doucement puis avec force. Sous le coup de l'émotion, elle ne put retenir quelques murmures, quelques confidences qu'elle aurait sans doute garder pour elle dans d'autres circonstances.


Je t'aime...Je t'aimerais toujours...

Dans sa fougue, elle entraina son ami en arrière, la chute fut amortit par le sable et l'eau. Encore perdu dans son désir, Moïra continua d'embrasser ses lèvres, la commissure de sa bouche, ses mains se montrant intrépide allant jusqu'à effleurer dangereusement son entrejambe malgré la situation.

[Cadeau même si tu le mérites pas boxe ]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://napaslalanguedansapoche.vtff.com
Takeshi Shimata
Yakuza - Saiko-komon
Yakuza - Saiko-komon
avatar

Nombre de messages : 1731
Age : 29
Gang : Tora Kogane
Metier : Chef des Tora Kogane, Proprio de la plage, Proprio de l'aéroport, Gérant de l'aéroport
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille du personnage
Arme(s) portée(s) (3 max): colt MP / katana de maître / Steyr Aug

MessageSujet: Re: Destinée   Sam 8 Aoû - 10:59

Le yakuza la serrait tellement fort qu’il eu peur de lui faire mal, il relâcha un peu son étreinte, écouta les murmures de sa compagnes et lui répondit sur le même ton feutré.

Moi aussi mon ange, moi aussi.

Il voulut lui relever la tête afin de l’embrasser mais avant de pouvoir comprendre il se retrouva allongé sur le sable, la fougueuse Cubaine sur lui, en train de l’embrasser avidement. Il lui rendit ses baisers et sourit lorsqu’il sentit la main de la jeune femme sur son entrejambe. Ce geste ne l’étonnait pas du tout et il se saisit fermement des fesses de son amie en réponse. Le regard malicieux il s’approcha de son oreille et lui susurra quelques mots.

Attend qu’on arrive chez moi, tu me le payer !

Ils se cherchèrent ainsi pendant encore quelques minutes, puis il rassemblèrent leurs affaires et retournèrent aux motos, Takeshi remit son débardeur et son blouson et ils rentrèrent au quartier des Tora Kogane. Le retour ne fût pas plus calme que l'allée, chacun pressé qu'ils se retrouvent seul à seul pour régler leurs comptes. Ils prirent tout juste le temps de mettre les motos au garage avant de grimper les escaliers jusqu'au loft à toute vitesse. Leur fin de soirée ainsi que leur nuit furent très agitées, et très peu reposante. Mais au petit matin Takeshi se leva en souriant aux côtés de la femme qu’il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Destinée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Destinée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prise en main de sa destinée!
» Elkäèl, l'histoire d'une destinée...
» Deux cauchemars pour une destinée croisée [Vik]
» [SNOWSTORM] « Toute destinée est une suite d'accidents à retardement avec le coup de grâce au bout. »
» Une lettre pour les 7 Destinées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trinity City - GTA RPG :: -Les quartiers péripheriques :: Territoires des Gangstas et des Yakuzas :: Tora Kogane :: Bloc 1-
Sauter vers: